Retrouvez toute l'actualité Mixenn sur notre newsletter

Optimisation des flux

L’optimisation des flux regroupe toutes les méthodes d’amélioration de la circulation des marchandises transportées, pour tous les moyens de transports. Cette méthode de décarbonation travaille sur les taux de chargement et les distances parcourues.

Maximiser les taux de chargement des véhicules permet de transporter plus de marchandises avec un seul véhicule. Différentes solutions peuvent être envisagées avec des axes d’actions variés : optimiser le ratio volume/poids des chargements, revoir le plan de palettisation ou encore inciter à la commande par palettes complètes.

Améliorer les distances parcourues par les véhicules permet d’émettre moins de GES sur une même livraison. Les solutions qui existent traitent alors du positionnement des sites (logistiques ou de production) ou encore de la réduction des trajets à vide.

L’optimisation des flux n’est pas abordée de la même manière en fonction du profil du donneur d’ordre.

Pour une entreprise de transports, multi-fournisseurs et/ou multi-clients, de nombreuses solutions peuvent concerner les choix internes que fait l’entreprise dans l’organisation de son transport et le choix de ses clients et fournisseurs.

Pour une entreprise de production avec une flotte propre (flotte de véhicules qui lui appartiennent directement), les solutions pourront également concerner le type de chargement ou de conditionnement des produits.

L’optimisation des flux est ainsi une solution complète de décarbonation qui permet de :

Diminuer la consommation de carburant par tonne transportée par trajet

Même si la consommation de carburant augmente avec le chargement d’un camion, il est important de rappeler que la masse du camion vide n’est pas nul. Ainsi, il existe un seuil de chargement après lequel la consommation de carburant par tonne transportée est diminuée : il est donc plus rentable de maximiser le chargement des camions.

Diminuer les émissions de gaz à effet de serre

De facto, diminuer la consommation de carburant diminuera les émissions de gaz à effet de serre, selon l’énergie utilisée.

De la même façon, transporter plus de marchandises dans un seul camion peut engendrer une baisse du nombre de camions et ainsi une diminution évidente des émissions de GES.

Enfin, diminuer le nombre de kilomètres parcourus sur une même livraison réduit par conséquence les émissions de GES pour cette livraison.

Diminuer les émissions de polluants atmosphériques

Si le taux chargement augmente les émissions de polluants atmosphériques, un véhicule chargé à 100% polluera toujours moins que deux véhicules chargés à 50%. (Source : Objectif CO2)

De plus, la différence d’émissions de NOx et de PM en fonction de la charge a également tendance à diminuer avec la vitesse. Ainsi, pour un véhicule effectuant un trajet de longue distance à vitesse élevée, il faut donc privilégier un remplissage maximal.

Diminuer le nombre de camions sur la route

Optimiser le taux de chargement ou les distances parcourues peut limiter le nombre de trajets à vide. En France en 2017, le taux de trajets à vide des véhicules lourds se situait entre 17 et 19%, soit un peu moins d’un kilomètre sur 5. Diminuer ces trajets à vide engendrera une diminution du nombre de camions sur la route et ainsi un désengorgement des trafics.

Entre 1994 et 2019, les émissions de GES dues aux transports ont progressé de 2,7% alors que tous les autres secteurs ont réduit leurs niveaux d’émissions. L’accroissement de la demande de transports en est la cause.

En effet, selon un rapport du Shift Project en 2022, les émissions totales de CO2 du transport de marchandises peuvent s’exprimer comme le produit de : la quantité absolue de transport de marchandises sur une année, les modes qui effectuent le transport, le remplissage de chaque mode, la consommation énergétique par kilomètre, et le contenu carbone de l’énergie utilisée par chaque mode.

Sur le schéma ci-dessous ont été représentées les contributions des différents facteurs dans le calcul des émissions de CO2 du transport de marchandises.

Ainsi, on peut lire que la demande de transport (DT) a augmenté les émissions de CO2 par un facteur de 3,4 entre 1960 et 2015. Ce coefficient est le plus impactant dans le calcul des émissions du transport de marchandises et est directement lié à une augmentation du trafic.

Mais également : le taux de remplissage (TR) a permis d’amoindrir les émissions de CO2 par la multiplication d’un facteur inférieur à 1 (0,66). Le taux de remplissage représente d’ailleurs le facteur qui a le plus amoindri les émissions de CO2 du transport entre 1960 et 2015.

Evolution des émissions de GES du transport de marchandises et décomposition en facteurs explicatifs de cette évolution / Source : « Assurer le fret dans un monde fini » – Rapport mars 2022

Face à ce constat, sans évoquer une diminution de la demande, il est alors urgent de diminuer les émissions de CO2 du transport de marchandises par l’optimisation des flux.

Mixenn vous informe et vous outille sur les différentes thématiques. Découvrez les solutions possibles à mettre en place :